La blockchain ou le futur de la finance

Si vous fréquentez les événements liés à la Start-up, vous vous êtes probablement déjà surpris à entretenir une conversation avec un évangéliste de la cryptomonnaie, du bitcoin ou de la blockchain. Ils sont faciles à reconnaître : leurs yeux ne clignent jamais, leur ton est assuré et leur foi dans cette technologie est inébranlable, et pour de bonnes raisons.

La chaîne de blocs, ou la blockchain, est une technologie qui permet la transmission d’informations entre pairs de façon sécuritaire, sans le contrôle d’un intermédiaire. C’est une sorte de registre qui consigne et assure les transactions; elle permet la transmission de l’information de façon structurellement sécuritaire.

Pourquoi alors le prosélytisme acharné de ses disciples? La blockchain amorce le début d’une révolution financière notable. Historiquement, ce sont les gouvernements et les banques qui fournissaient une assurance aux détenteurs de capital. C’était plus fragile autrefois: par exemple, au 19e siècle, vous aviez toujours la chance que votre banque fasse faillite, et que tout votre argent durement gagné dans le trafic d’opium en Asie s’évapore avec la chute de votre banque.

 

 

À travers les années, les institutions bancaires sont devenues plus réglementées, et l’intervention des gouvernements assure la stabilité de votre argent. Cette réglementation et cette assurance a un coût, évidemment, et c’est ce que la chaîne de bloc vient contester. L’ordre établi est difficile à tasser, et il reste beaucoup de gens à convaincre que la cryptomonnaie (issue de la blockchain) est le futur.

Il existe déjà des exemples concrets et probants de sa capacité disruptive. Alors que le gouvernement socialiste de Maduro, au Venezuela, ferme les frontières et contrôle les échanges de biens, de jeunes entrepreneurs utilisent les bitcoins pour transiger de la nourriture et des biens de consommation dans le pays. Dans le tiers-monde, la blockchain pourrait révolutionner les transferts de baux et venir créer une nouvelle couche de sécurité, en plus de diminuer radicalement les coûts d’opération.

Notre cryptomonnaie préférée: le dogecoin. Elle est aussi dans le top 50 des cryptomonnaies les plus capitalisées.

 

Ses applications sont multiples, mais quels sont les impacts immédiats pour l’entreprise canadienne?

Diminution des coûts de transaction

Il va sans dire que les coûts de transactions financiers sont excessivement lourds pour les commerçants et les entreprises canadiennes. Voici deux exemples des frais bancaires d’exploitation, pour deux entreprises avec un chiffre d’affaires similaire.

Restaurant
Chiffre d’affaires                  1 000 000  $
Mode de paiement  % des transactions Coût des transactions Coût annuel
Carte de crédit 40% 2.10%           8 400  $
Interac 40% 0.35$ par transactions, pour une transaction moyenne de 25$           5 600  $
Argent liquide 20% Frais de manutention, dépôt et réconciliation de 20$ par tranche de 500$           8 000  $
       22 000  $

 

Commerce en ligne
Chiffre d’affaires                  1 000 000  $
Mode de paiement  % des transactions Coût des transactions Coût annuel
Carte de crédit 100% 2.9% + 0.30$ par paiement réussi        32 000  $
Interac 0%
Argent liquide 0%
       32 000  $

 

Les coûts sont supportés par les commerçants, et dans des industries à haut volume, nous parlons souvent d’un salaire complet qui va aux institutions bancaires (ou en retour à l’acheteur, dans le cas des cartes de crédit). C’est une industrie très lucrative pour les banques et les compagnies de crédit.

La blockchain menace de faire tomber tous ces frais. Sa technologie, de moins en moins chère et supportée en peer-to-peer par des fermes d’ordinateurs chinois, est presque à coût nul pour les entreprises. De plus, une monnaie comme la blockchain est internationale, il n’y a donc pas de frais de conversion à échanger d’un pays à l’autre.

Traçabilité

Dans sa forme la plus simple, la blockchain n’est qu’une inscription à un registre, comme une écriture comptable dans des registres publics.

C’est aussi un des meilleurs moyens de suivre les mouvements d’argent et de lutter contre l’évasion fiscale. Il est beaucoup plus facile, en ayant un accès au registre, de faire l’audit des résultats déclarés contre les mouvements d’argent.

Disponibilité

Une transaction monétaire de cryptomonnaie est instantanée. Au contraire, l’échange de chèques, de virements bancaires ou même de paiement par carte de crédit peut prendre un délai de 1-5 jours avant d’être disponible pour l’entreprise. C’est le temps que prend la banque pour vérifier que les fonds sont disponibles pour l’acheteur et de faire les validations antifraude.

Conclusion

Même si nous ne faisons pas partie des zélotes qui luttent contre l’immobilisme et les lobbys financiers, nous sommes des adeptes, par conviction purement technologique, de l’avancement de la blockchain dans la société. Pour cette raison, vous risquez de voir Le Chiffre accepter les paiements de Bitcoin dans un futur proche, ou de Dogecoin, juste pour rire.

Article précédent La cigale, le comptable et le conseiller financier

Ma partenaire de vie ne m’a jamais laissé intervenir dans la gestion personnelle de son argent, chasse gardée protégée farouchement comme un bastion de son indépendance. C’est un bon réflexe, puisque la plupart des fraudes financières

Lire cet article...
Article suivant A Day in the Life of an Accountant

L’article suivant a été rédigé en anglais et nous avons décidé de ne pas le traduire pour préserver son authenticité. Il a été rédigé par Simon Lacroix, sans avertissement, et raconte son parcours chez nous. Lorsqu’il

Lire cet article...